18 nov. 2011

le silence





lettre du 18 nov.
(...)


Tu avais tellement raison ! j'ai simplifié le
rythme,
retiré jusqu'à la disparition  les quelques
notes...

De mon oeuvre de génie il ne reste,sauf
de rares tâches de lumière & cette nuit
absolue,
rien.

Tu le savais,
toi,
que cette musique que nous jouions
ensembles,
après que les mains s'étaient
données,
après que nos bouches
échangées
sur des mots sans paroles,
tu le savais,
toi,
quelle mortelle solitude nous passait par le
corps...

Pourquoi m'as-tu demandé cela ?
Le piano respire encore
mais le meuble a remplacé l'âme,
pourquoi ?

En silence,
elle me tourmente plus attachée qu'une ombre
Oui,
il ne nous reste que les nuits,
il ne reste rien.

                                              F*




Note

F* était musicien génial, un homme de joie, à la musique parfois désespérée de lumière,
F* est mort jeune, il est jeune pour toujours, il est mort pour toujours. Son silence est là, pour toujours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire