12 août 2011

un papillon sur la route



c'est le jour du départ

levé de bonne heure, il fait un peu frais encore
& le temps promet d'être radieux

je n'ai rien préparé
cela va de soi, si, j'emporte Les Métamorphoses
voler et il adapte à ses épaules des ailes jusqu'alors inconnues (VIII,209)




je regarde le ciel,
la lumière devrais-je dire
je cherche quelque chose qui n'y est pas

je vous enverrai ces trois cartes postales


RECTO
VERSO
Vendredi
Nous avons passé le Rhin, il faisait presque nuit
les raccords en béton de l'autobahn rythment le trajet.
Ils dorment, il y a neuf heures que je roule, encore 250 km.
Le pinceau des phares
déborde maintenant la petite route, je devine parfois
une ferme à quelques mètres dans l'ombre, la musique en sourdine
non-stop depuis le départ, , concerto n°23 de Mozart.

je vous embrasse
b.


RECTO

VERSO
Mercredi
L'enfant a eu un cauchemar cette nuit. Un feu
d'artifice
lui traversait les yeux à grand bruit, je ne sais
si ce sont les détonations ou les lumières qui l'ont
le plus effrayé. Il s'est rendormi
je n'ai pas pu. La mémoire & l'imagination mélangeaient
mes années de fac à la vie d' Hölderlin, était-il vraiment fou ce fou ?
Je l'étais en ce temps plus que lui
d'avoir cru ce que j'apprenais, pour preuve j'ai renoncé depuis
à la poésie, à la musique,
j'ai renoncé à la nécessité pour croire l'espoir.
Il faudra dormir la nuit prochaine...

je vous embrasse
b.



RECTO

VERSO
Jeudi
Le monastère de O* est gigantesque
On le dit chef-d'oeuvre du Baroque j' y ai vu
l'exubérance, mais aussi cette dérision masquée au premier regard.
Le principe de vanité organise les pierres
guide le ciseau du sculpteur.
Pourquoi ce monde prolifère ?
Dans le poulailler
une carcasse de voiture.
Le réel rivalise d'invention, il est 19 heures. Le carillon
est une passerelle


à bientôt
Je vous embrasse
b.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire